Eau pour tous 2012 à Douar Skoura

Publié le par 4wings2win

2. Prise de contact et première visite du Douar Skoura

Les partenaires du projet présents lors notre première visite furent :

M. Fouad AMRAOUI                  : Professeur hydrogéologue de la Faculté des sciences de Casablanca et coordinateur scientifique du projet

M. Jalal MOUSTADRAF                  : Professeur Hydrogéologue de la Faculté poly-disciplinaire de Khouribga

M. Roberto VIEGAS                           : Président de l’association CIPA en charge   du développement rural de la zone

M. Abdelsamad KHATIRI                  : Président de l’Association 4wings2win

Douar Skoura est un village (encadré en rouge sur la carte) situé sur les hauts plateaux de l’Atlas dans la région de Marrakech (dont il est éloigné de 50 km au nord-ouest). Les villages urbanisés proches sont Sraghna, à 20 km, et Sidi Bou Outhmane, à 25 km. Douar Skoura a été visité le 14 octobre 2011 afin d’évaluer les actions à mener nécessaire à une amélioration significative des conditions de vie sur place.

 Capture-d-ecran-2011-12-30-a-11.25.38-AM.png

 Carte de la zone géographique

      Capture-d-ecran-2012-01-18-a-9.29.00-AM.png

3. Projet Eau pour tous

Le projet « Eau pour tous » est issu d’une collaboration avec CIPA. Vous trouverez dans les pages qui vont suivre sa présentation, les données issues de la visite du village pour notre projet, le contexte de cette visite (autant national que local), les besoins des autochtones et les moyens mis à leur disposition pour les soutenir.

 

3.1. Contexte national

 

Malgré les efforts considérables de l’état marocain pour améliorer les conditions d'éducation dans son pays - dont l’initiative du roi Mohamed VI de fournir en électricité tout le Maroc jusqu’aux plus petits villages - Douar Skoura connait des difficultés importantes, notamment dans les milieux scolaires. La mise aux normes de l'ensemble des écoles du pays est une tâche longue et coûteuse qui prendra plusieurs années. Le rapport de l'UNICEF sur la situation des enfants au Maroc met également en évidence ce phénomène puisqu’il indique que « L’état sanitaire des infrastructures scolaires laisse beaucoup à désirer. De nombreuses écoles sont sans eau et sans toilettes. » . Ce contexte est d’autant plus alarmant dans les établissements scolaires ruraux, coupés des milieux urbains.

 

Notre première visite à Douar Skoura nous a permis d’en attester. Aujourd’hui, le village n’est en effet raccordé ni au réseau électrique ni au réseau d’eau potable et ne dispose d’aucun sanitaire.

 

De facto, deux problèmes persistent dans le quotidien des habitants de ce village :

 

La déscolarisation dès le plus jeune âge et l’émigration des familles qui n’hésitent pas à quitter leur terre pour aller tenter leur chance dans les agglomérations.

L’unique moyen de déplacement est animal (dos d’âne), ainsi les temps de ravitaillement en eau vers la source demeurent très longs et doivent pourtant rester très réguliers compte-tenu de l’impossibilité de transporter une quantité d’eau importante.

 

D’après le témoignage d’un chef de famille recueilli sur place, il est impossible d’assumer un emploi stable et rémunéré mensuellement compte tenu de l’obligation à se rendre disponible auprès des familles pour les ravitaillements hebdomadaires en eau.

 

Les tâches dans les foyers sont partagées. Les hommes se chargent de l’approvisionnement en eau et de la céréaliculture. Ils s’emploient aux travaux manuels pendant que les femmes se chargent de l’éducation des enfants et de la bonne tenue du foyer. Une fois par semaine, elles se rendent au Marché de Sidi Bou Outhmane à 20km du village via un camion de transport payé à cet effet. Là, elles peuvent acheter les produits permettant de nourrir le village durant la semaine.

 

Au delà de la précarité globale, qui se traduit par un taux de chômage important, la problématique essentielle de ce projet humanitaire est la gestion de l’eau. La plupart des hommes nous l’ont avoués :

 

 « Si demain je n’avais plus à parcourir 8 km à dos d’âne pour 100 litres d’eau tous les 3 jours pour ma famille, je pourrais ainsi travailler dans la région et gagner ma vie dignement. Ainsi je n’aurais pas à me soucier du besoin en eau pour ma femme et mes enfants et nous pourrions résoudre énormément de problèmes dans le village. »

 

3.2. Contexte climatique

La zone de Skoura est soumise à une forte aridité. Les précipitations annuelles sont très rares, au maximum trois évènements pluvieux par an. Néanmoins, le volume d’eau qui chute dans cette zone en cas de pluie est important. Il s’agit donc de pluies torrentielles sporadiques qui s’abattent sur le village.

Le revêtement du sol est très rocailleux, schisteux. Ainsi lors des fortes chutes de pluies, l’eau ne peut être absorbée par les sols. Les terrains sont peu fertiles et l’écosystème est également très pauvre. La température en été, de l’ordre de 48°C à l’ombre, ne favorise en rien l’état géologique des lieux.

Douar-Skoura-0010.jpg

Douar Skoura entouré de roches Nous voyons sur la gauche le chateau d'eau

3.3. Contexte démographique et économique

Le site est divisé en deux « douars » (« douar » signifie « petit village »). Le premier possède une population totale de 20 familles, soient 100 personnes, et le second accueille une quinzaine de familles, soient 75 individus, pour une population totale de l’ordre de 175 habitants. A cause de la sècheresse, la population s’est réduite de 25% en quelques années. C’est considérable !

L’économie locale est basée sur l’élevage bovin, et à moindre échelle la céréaliculture. Compte tenu de la difficulté à cultiver les terres, les villageois ne peuvent développer leur technique de récolte.

3.4. Mœurs et tradition du village

La mentalité des habitants des villages est totalement différente de celle des citadins. Les villageois sont plus simples dans leurs besoins et exceptionnellement accueillants. Malgré l’importante précarité dans laquelle ils subviennent et malgré la souffrance endurée tous les jours liée à la sècheresse et au manque d’eau, ils vous accueillent à bras ouverts pour un repas ou un hébergement d’une nuit sans hésitation. Ce comportement constaté chez les habitants du Douar fut très touchant et a accru notre motivation à accomplir ce projet.

3.5. L’association CIPA

L’association CIPA est une association présidée par un géographe hispano-marocain, Roberto VIEGAS. CIPA est un partenaire très important pour 4Wins2Win puisqu’il nous soutient et nous guide dans nos démarches au Maroc.

 

 

 

3.5.1. Activité de M. VIEGAS et de CIPA

Cette association œuvre à travers le Maroc pour la promotion de l’agro-écologie.  Il s’agit de promouvoir les méthodes d’agriculture de base des villages des arrières pays marocains. L’association finance des programmes de formation en agriculture pour l’assimilation des méthodes d’amélioration de la qualité des récoltes. Ses membres expliquent et montrent aux paysans autochtones des sites de Douar Bouazza (près de Casablanca) et de Douar Skoura les moyens d’optimiser l’agriculture malgré les conditions climatiques et géologiques peu amicales.

Cette initiative est très importante puisque les agriculteurs locaux n’ont jamais bénéficié de formation. La terre a toujours été travaillée à l’instinct et aucune science n'a jamais été mise en pratique pour les aider dans leur tache.

CIPA rémunère chaque agriculteur désirant participer au projet de développement de l’agro écologie. Ils bénéficient d’un triple intérêt, ils gagnent leur vie, récoltent les produits semés, et assimilent des techniques écologique innovantes.

Roberto VIEGAS, dans un souci d’aider les populations locales, souhaite donc faire mûrir cette notion d’agro-écologie. Compte tenu de la difficulté à cultiver et des besoins en eau, il opte pour des moyens minimaux pour le développement de l’activité agricole. Dans ce sens, il a déjà fait construire une citerne de récupération des eaux pluviales enterrée dans le sol. Sa capacité de stockage est de 72 000 litres et elle se remplit suivant un système d’écoulement de l’eau via les talwegs (« ligne de collecte des eaux »). Cette citerne permet ainsi de récupérer très vite une quantité d’eau importante lors des précipitations. Lors de la visite, la dernière chute de pluie remontait à 5 mois et la citerne contenait encore la moitié de son volume en eau.

Notre constat a été simple : ce système est une excellente solution de stockage pour les activités agricoles afin de contrer l’aridité de la zone. Roberto se charge de le prouver tous les jours. Il a crée des potagers et développé des systèmes naturels d’optimisation de l’érosion de l’eau dans le sol par des petits barrages. Il tente de redonner de la fertilité au sol par la création d’engrais naturel. Il a démontré que ces procédés purement naturels étaient largement exploitables.

Un écosystème a ainsi été créé. L’objectif final de cette expérimentation et de l’agrandir à l’échelle du village, afin que chaque famille puisse avoir un potager agro-écologique et accéder à l’autosuffisance avant de se diriger vers une AGR (Activité Génératrice de Revenue). Roberto est en contact avec un organisme suisse prêt à investir et développer cette idée qui peut améliorer sensiblement les méthodes de consommation des habitants.

3.5.2. La gestion de l’eau

Le village dispose de plusieurs puits, mais pour diverses raisons, deux d’entre eux sont malheureusement peu exploitables. Pour le moment, les villageois parcourent 8km aller/retour pour atteindre le puits numéro 3 (présenté un peu plus bas) pour subvenir à leur besoin en eau.

3.6. Etat des infrastructures de gestion d’eau

Actuellement il existe 1 châteaux d’eau et 1 puits utilisable à Skoura. Ils furent tous visités pendant la visite du vendredi 14 octobre.

Il existe d'autres puits mais malheureusement le potentiel de ces puits se trouvent très limités en raison d’une arrivée d’eau superficielle due à la très faible érosion de l’eau dans le sol.


Le château d’eau se trouve plus en hauteur par rapport au Douar et favorise l’évacuation de l’eau présente à l’intérieur grâce à la simple pesanteur. Cet ouvrage est tout neuf d’une capacité de 20m3.

L’information importante qu’il faut prendre en compte est qu’une adduction a été réalisée entre le puits numéro et ce château d’eau, soit un total de 4km de tuyaux de polyéthylène. Ce circuit est en mesure d’alimenter le château d’eau et donc les habitants. Le troisième et dernier puits se situe à 4km du village. Il est d’une profondeur de 25m pour un diamètre de 2m70. Il est le seul à disposer d’un équipement de pompage très ancien qui fonctionne au fuel ; mais il est par ailleurs très polluant du fait de l’écoulement de graisse et de carburant dans le sol à proximité.

La conductivité de l’eau est de 0,44mS, soit 0,28g/l de sel : ce taux n’exclut pas la consommation de cette eau pour une consommation domestique et agricole.

La HMT (Hauteur Manométrique Totale) totale entre le château d’eau et le fond du puits, si on ajoute la différence sur Z de l’altitude ainsi que les dénivèles et les pertes sur ces 4km, représente aux alentours de 120-140 HMT. Ce puits est dédié uniquement à la consommation des villageois. Il sera donc couvert après réalisation de notre ouvrage afin qu’il ne soit pas utilisé par des pirates. Nous allons ainsi installer une pompe immergée à 22-23m de profondeur, à proximité du fond du puits. Cette pompe permettra une action de refoulement vers le château. Cette pompe a été choisie suite à une étude qui a pris en compte le besoin en eau du village, les coordonnées GPS du puits et du château d’eau. Grace à ces mesures ainsi qu’à la très bonne qualité de l’adduction, nous avons déterminé la HMT (hauteur manométrique totale) nécessaire au dimensionnement de notre pompe. La HMT calculé par 4Wings2Win en collaboration avec Docteur Foued Amraoui et la société Afrisolar est de 120m HMT. Ainsi la pompe PS 4000HR est la plus adéquat pour débiter 20m3 en moyenne par jour toute l’année. Afin d’alimenter un tel dispositif aussi consommateur d’énergie soit-t-il, il nous faut au total 14 panneaux installés en parallèle (7 en série et 7 autres en série) afin d’augmenter le courant sous une même tension d’alimentation. Le dimensionnement d’un tel réseau de panneau photovoltaïque est dimensionné par la société Lorentz, entreprise multinationale allemande parmi les leaders mondiaux du pompage d’eau. Cette étude a été faite selon le degré d’ensoleillement de la zone. D’après l’emplacement terrestre de Douar Skoura, pour des panneaux solaires orientés de 31° pour avoir une exposition au soleil optimale, et en utilisant des panneaux solaires mono cristallin nous pouvons développer 5,3 kWh/m2. Ainsi ce réseau de panneau photovoltaïque mono cristallin offre au maximum une puissance de 2590W instantanée. Le mono cristallin offre 2 avantages, il a un rendement assez bon pour notre application (75%) et s’avèrent bon marché. La gamme en dessous est la solution photovoltaïque amorphe, moins chère mais de moins bonne qualité, et le haut de gamme est le Poly cristallin, avec un excellent rendement mais dont les prix sont assez élevés.

 

Douar-Skoura 0014

Château d’eau à proximité du village dans lequel sera stocké l’eau du puits 3

 

3.7. Echéancier prévisionnel

Septembre

Prise de contacts avec nos prédécesseurs et mis au point des contours du projet

Recherche d'un site au Maroc afin d'y établir un ouvrage lié à l'eau et aux énergies renouvelables

Octobre

Sélection du site de Douar Skoura

Visite sur place et Etat des lieux

Envoi du courrier officiel de reprise de l'association

Novembre

Etude technique de notre projet

Dimensionnement des équipements adéquat

Prise de contact des différentes sociétés spécialisées au Maroc

 

 

Décembre

Réception des devis sur les équipements

Sélection de notre partenaire

Janvier 2012

Début des recherches de fonds

Février

Demande de partenariat auprès de Polytech Paris, SARL EIS, BIJ de Suresnes, CFA UPMC

Mars

Virement de la première moitié relative aux achats des équipements

Avril

Virement de la deuxième moitié afin de payer les équipeents technique

Mai

 Envoi de la mission 4Wings2Win sur place installation de l'ouvrage par Afrisolar, sous le contrôle de Messieurs Amraoui et Moustadraf

 Signature du contrat de garantie avec Afrisolar

 Mise sous tension et premiers essais de pompage

 Etude du débit, du temps de remplissage du château d'eau, et réglage de la pompe solaire

Déroulement de la mission sur place du mois de Mai

 Rendez-vous avec Afrisolar et déplacement vers Douar Skoura et bétonnage du socle  1er jour

Début des travaux d’installation des équipements techniques 3 jours

Premiers essais de pompage 1 journée

Réglages de la pompe immergée 2 jours

Mis au point fonctionnelle avec les villageois et Roberto Viegas et signature du contrat de garantie 1 journée

Inauguration de l’équipement 1 journée

3.8 Conclusion

Nous souhaitons profiter des installations présentes dans la zone (adduction, châteaux d’eau) pour exploiter au maximum ce puits particulièrement productif.

Ainsi la société Lorentz et Afrisolar nous ont fait une étude complète des équipements indispensables à l’élaboration de cet ouvrage. Grace à la bienveillance des maitres de conférence Amraoui et Moustadraf, nous sommes certain du succès et de l’adaptation des équipements nécessaires.

Afrisolar société partenaire au Maroc de Lorentz nous vend le matériel à un tarif préférentiel, nous serons exonéré d’impôt compte tenu du but non lucratif en milieu rural de l’ouvrage. Afrisolar nous offre par ailleurs l’installation totale jusqu’à la mise sous tension. Ils seront à notre disposition dans le cadre d’une garantie de 5 ans  pour la pompe solaire, et 2 ans pour les panneaux.

Par ailleurs Roberto Viegas, et les villageois s’engageront de couvrir le puits, installer le socle en béton pour le maintien des panneaux solaires,  ainsi que le nettoyage des panneaux solaires, afin de maintenir un rendement optimal, notamment face à la poussière. Ils installeront des ronces afin d'éviter à tout individu d'avoir facilement accès aux panneaus solaires.

L'acheminement de l'eau entre le château et le village a deja été mise en place. Il ne manque que notre contribution pour finaliser et régler cette grande problématique.

Ainsi, les villageois ne se déplaceront pas jusqu’au puits afin de puiser de l’eau. Cela aura un impact direct sur le mode de vie, puisque les hommes pourront aller travailler sans se soucier du manque d’eau de leur famille.

Une étude bactériologique a été faite sur l'état de l'eau. Elle est consommée depuis longtemps par les villageois, et jouit d'une très bonne qualité.

Notre soutien sera structurel. Notre action proposée consiste à fournir à ce puits une nouvelle pompe autorisant un débit de pompage et un refoulement suffisamment importants pour pouvoir parcourir les 4km d’adduction jusqu’au château d’eau le plus proche du village. Cette pompe sera alimentée par panneaux solaires ce qui permettra l’autonomie de l’infrastructure et l’exploitation optimale du climat du village.

4. Partenariat

4.1. Vous et nous

 

Ce projet est l’occasion de nous lancer dans une action de solidarité tout en s'inscrivant dans une politique de développement durable. Pour qu’il se concrétise, nous avons besoin de partenaires et de sponsors prêts à nous apporter leur aide financière, matérielle ou logistique. En échange de votre aide, nous vous proposons de participer concrètement à un projet humanitaire.

 

Associer l'image de la mairie de Suresnes à une action de solidarité, dirigée par des étudiants, véhiculerait une image de dynamisme, de générosité et d’engagement citoyen.

En participant à notre action, nous vous apporterons une publicité originale et valorisante.

Ces publicités prendront différentes formes, vous aurez l’opportunité d’être mis en valeur durant toutes nos manifestations, sur notre site internet ou encore sur notre moyen de transport durant notre mission. Votre encouragement et votre soutien sont primordiaux pour l’avancement de notre projet. Suite à ce projet, l’objectif pour 4Wings2Win sera de promouvoir ce projet auprès des jeunes dans les établissements scolaires de la ville de Suresnes, Notamment mes anciens établissements Jean Macé et Paul Langevin. Nous rendront aussi un compte rendu final du projet avec éventuellement une exposition à notre retour, photos vidéos, témoignage seront exposés, et nous pourrons promouvoir ce genre d’action très importantes quant à l’épanouissement personnel.

 

Par ailleurs, le projet sera relayé médiatiquement au Maroc. Ainsi, nous pourrons promouvoir tous nos partenaires au Maroc à travers un reportage télevisé. Il peut être intéressant pour la Ville de Suresnes de jouir d’une excellente réputation à échelle internationale. La chaine 2M est intéressée par notre projet et souhaite réaliser un petit reportage sur les jeunes français désirant œuvrer pour les actions humanitaires au Maroc.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article